Ne ratez rien des derniers potins

Archives de la catégorie ‘Internet’

Insolite : elle se fait tatouer ses 152 amis Facebook sur le bras !

Une néerlandaise vient de se faire tatouer sur le bras les photos de profil de 152 de ses amis Facebook.

Elle précise que ce ne sont pas ses seuls amis du réseau social mais qu’elle a fait un tri pour retenir ceux qu’elle appréciait le plus : J’y est beaucoup réfléchis. Ce ne sont pas tous mes amis. Seulement ceux dont je suis le plus proche. J’ai obtenu leur permission, ils en étaient même très fiers. Pour moi, ce tatouage représente ce que je suis actuellement et le temps dans lequel nous vivons.

Une idée certes originale et osée mais dont la pérennité laisse un doute : les photos de profil de ses amis peuvent changer constamment. Restera-t-elle amie à vie avec les personnes désormais tatouées sur son bras ?

Découvrez les étapes de la réalisation de son tatouage dans la vidéo ci-dessous :

Vu sur TechCrunch

*

Mise à jour du vendredi 10 juin :

Après avoir fait le tour du web et plus de 2 millions de vues pour la vidéo sur YouTube en seulement quelques jours, le tatouage de cette femme se révèle être un faux !

Derrière tout ce buzz se cachait en vérité une opération de marketing de l’entreprise néerlandaise Pretty Social, spécialisée dans la création de cadeaux à partir de profils de Facebook (sacs à main, horloges, posters… et même des carrosseries de voitures !).

Une belle opération de communication et de promotion de la société qui a généré beaucoup de bruit et de réactions en tout genre ces derniers jours (en témoigne aussi la rubrique « commentaires » de cet article !).

Et pour le tatouage sur le bras alors ? Il s’agissait seulement de simples décalcomanies.. et d’une belle mise en scène chez un tatoueur !

*

Vu sur Gizmodo
Publicités

L’immersion de Ben Laden filmée !

Une (fausse) campagne américaine pour la sécurité routière, au message très clair, circule en ce moment sur Internet. On y voit Oussama Ben Laden véhiculé en hélicoptère après son décès lors de l’assaut du 2 mai au Pakistan. Mais, sa ceinture n’a pas été attachée… Un clin d’œil à l’immersion controversée du corps du chef du réseau Al-Quaida, ennemi n° 1 des États-Unis après les attentats du 11 septembre 2001.

*

Vu sur Minute Buzz

*

En image, la une du Time du 3 mai 2011 pour une édition spéciale consacrée à la mort d’Oussama Ben Laden. Une charte graphique identique reprise depuis l’annonce des décès d’Adolf Hitler le 7 mai 1945, de Saddam Hussein le 21 avril 2003 et de celle d’Abu Musab al-Zarqawi, le 19 juin 2006.

80 000 amis pour faire le tour du monde grâce à Facebook

Frédéric Colas, directeur de la stratégie de Fullsix, et sa femme Estelle Colas, directrice de la marque BETC Euro RCSG Paris, souhaitent réaliser le pari fou de faire le tour du monde… grâce à leurs amis Facebook.

Sur le principe de l’adage suivant « les amis de mes amis sont mes amis », adapté ici aux amis du réseau Facebook, alors nous connaissons forcément tous une personne dans chaque pays, chaque région, chaque ville…

Accompagnés de leur fille Héloïse, ce couple de publicitaire a entrepris de réaliser ce tour du monde grâce à 80 000 amis (en référence à celui en 80 jours de Jules Verne) en tentant chaque nuit d’être hébergés par une nouvelle personne rencontrée via le réseau social.

Un projet qui ne se contente pas d’être de simples vacances touristiques puisque, à terme, celui-ci aboutira sur la construction d’une école pour filles au Cambodge. Pour chacun des 30 000 premiers fans sur leur page Facebook, 1 $ sera versé pour l’édification de cet établissement scolaire par l’association La Voix de l’Enfant. En accueillant la famille Colas au cours de leur voyage, les économies sur les frais pour une nuit d’hôtel (50 $ par nuit) permettront également de financer l’école.

Pour ce projet humanitaire, je vous invite à regarder leur (simple et belle) vidéo de présentation, à liker leur page Facebook et à inviter tous vos amis à en faire autant ! 🙂

 

Je me suis rendu compte qu’un réseau d’amis et d’amis d’amis est une vraie mine d’or de contacts et de rencontres possibles pour nous aider à vivre nos rêves. Les réseaux sociaux tels Facebook mettent cet or à portée de main dans la vie réelle, pour peu que vous ayez la passion, un projet aspirationnel et une bonne réputation.

Frédéric Colas

Voir également cette présentation pour plus d’informations sur la préparation et les motivations de leur projet.

Vu sur De la pub mais pas que

Sauver vos amis de la noyade avec Bouygues

« … c’est un peu ce que j’ai ressenti quand j’ai aidé ma cliente dont le téléphone ne marchait plus. » Simon, conseiller clientèle chez Bouygues Telecom

Rappelez-vous de cette publicité (vidéo ci-dessous), Simon aide et conseille les personnes dont le téléphone ne fonctionne plus… tel un héros en hélicoptère sauvant une femme en détresse !

Aujourd’hui, Bouygues Telecom étend son film publicitaire à une application Facebook pour mettre en image les services proposés (la sauvegarde du répertoire téléphonique dans ce cas précis).

Vous vous retrouvez ainsi dans la peau de Simon (le conseiller clientèle donc) pour sauver par hélicoptère vos amis qui se noient, pris dans une tempête. Petit plus, l’application pioche dans les données personnelles de vos amis pour personnaliser le sauvetage. Vos amis vous demandent alors, dans un temps donné, de venir les sauver parce que lui n’a « que 22 ans et encore beaucoup de statuts à publier » ou parce qu’elle est « en couple avec Mickaël et qui va lui envoyer des poke maintenant ?« .

Vous aussi, pour sauver vos amis de la tempête avant qu’il ne soit trop tard, cliquez vite ici !

Vu sur Minute Buzz (article supprimé)

« The Social Network » : le jeu des 7 erreurs

Petit rappel pour commencer avec le synopsis du film :

Une soirée bien arrosée d’octobre 2003, Mark Zuckerberg, un étudiant qui vient de se faire plaquer par sa petite amie, pirate le système informatique de l’Université de Harvard pour créer un site, une base de données de toutes les filles du campus. Il affiche côte à côte deux photos et demande à l’utilisateur de voter pour la plus canon. Il baptise le site Facemash. Le succès est instantané : l’information se diffuse à la vitesse de l’éclair et le site devient viral, détruisant tout le système de Harvard et générant une controverse sur le campus à cause de sa misogynie. Mark est accusé d’avoir violé intentionnellement la sécurité, les droits de reproduction et le respect de la vie privée. C’est pourtant à ce moment qu’est né ce qui deviendra Facebook. Peu après, Mark crée thefacebook.com, qui se répand comme une trainée de poudre d’un écran à l’autre d’abord à Harvard, puis s’ouvre aux principales universités des États-Unis, de l’Ivy League à Silicon Valley, avant de gagner le monde entier…

Cette invention révolutionnaire engendre des conflits passionnés. Quels ont été les faits exacts, qui peut réellement revendiquer la paternité du réseau social planétaire ? Ce qui s’est imposé comme l’une des idées phares du XXIe siècle va faire exploser l’amitié de ses pionniers et déclencher des affrontements aux enjeux colossaux…

 

Déjà énoncé sur Gossip Girl, « The Social Network » est inspiré du livre « The Accidental Billionaires » écrit par Ben Mezrich. Ce dernier s’est appuyé sur les anecdotes et les documents fournis notamment par Eduardo Saverin, ex-associé, de Mark Zuckerberg, pendant les poursuites judiciaires à l’encontre de celui-ci. Pourtant, le film a été romancé et quelques erreurs se sont glissées dans le scénario. Des idées reçues traquées par Clément Brygier sur le blog de l’agence Vanksen :

1. Zuckerberg a volé l’idée aux Winklevoss. Les réseaux sociaux à échelle d’universités existaient déjà plus ou moins sur de nombreux campus universitaires américains. Comme indiqué dans le film, l’administration d’Harvard souhaitait même en créer un. L’idée de ConnectU (ou Harvard Connection à l’époque) des frères Winklevoss était déjà dans l’esprit de beaucoup d’étudiants, mais personne n’avait fait le premier pas entrepreneurial. Mark Zuckerberg avait un contrat où il devait consacrer du temps à la plateforme sociale des frères Winklevoss, mais en a profité pour développer la sienne… il leur a volé du temps de développement et de la propriété intellectuelle.

2. A Harvard, Mark n’avait pas d’amis et était exclu des groupes sociaux. Au contraire, en temps que lycéen il avait créé un programme analysant les préférences d’utilisateurs en musique pour proposer de nouvelles chansons pouvant leur plaire. Mark a décliné une offre d’achat du programme d’ $1 million de la part de Microsoft et AOL. C’était une star avant d’arriver à Harvard…

3. Eduardo Saverin était le seul à trimer. D’après les documents et témoignages les plus récents ce serait plutôt l’inverse. Son rôle était bel et bien de monétiser Facebook en créant un business plan et en recherchant des investisseurs. Il est parti en stage à Lehman Brothers tout l’été 2004 sans se préoccuper de Facebook, il aurait passé son temps à faire la fête et monter sa propre boite en parallèle.

 

4. Suite au premier financement par Peter Thiel de Facebook, Eduardo est venu à Palo Alto pour signer les nouveaux statuts et « signer son arrêt de mort ». Eduardo ne s’est jamais déplacé dans la Silicon Valley et a préféré rester à New York profiter des grosses soirées. Il aurait d’ailleurs signé les papiers depuis New York en janvier 2005 (sans les lire avec un avocat) après avoir reçu de nombreuses relances de Mark et des avocats de Facebook. L’indice le plus probant de son désengagement vis-à-vis de l’entreprise Facebook est qu’il s’est plaint du coup bas en avril 2005.

5. Investissement de $19k. Saverin a investit $15k en une fois pour acheter des serveurs pour héberger TheFacebook.com. Le seul intérêt de cette modification était de préparer la blague « mathématique » où Zuckerberg interrompt l’avocate pour recompter « 1 000 + 18 000 = 19 000, c’est bon vos maths sont correctes ».

 

6. Le plus jeune milliardaire du monde n’est pas Mark Zuckerberg. Dustin Moskovitz, le 3e co-fondateur possède 6 % des parts de Facebook ce qui équivaut à une richesse sur le papier de $1,86 milliards. Étant né le 22 mai 1984 soit 8 jours après Zuckerberg, il emporte donc la palme du plus jeune milliardaire du monde !

 

7. Eduardo est une victime qui se retrouve fauché. A la fin du film, nous apprenons que la somme touchée par Eduardo est restée « confidentielle ». Il a reçu 5 % des parts de Facebook. Il est donc à la tête d’une fortune de 1,54 milliards de dollars ! Cette fortune est bien évidement théorique car nous nous basons soit sur la valeur de Facebook calculée en observant le prix de l’action sur les marchés secondaires privés sur lesquels s’échangent les actions de la société (le montant serait donc de $30,9 milliards au 19/10/10). Une deuxième méthodologie se base sur les évaluations faites par les venture capitalists lors de leurs rounds de financement (le montant serait alors de $33 milliards).

 

De plus, d’autres petits détails, laissés sous silence par les réalisateurs du film, nous montre Mark Zuckerberg sous un autre profil :

  • Mark Zuckerberg avait « piraté », en utilisant des mots de passe Facebook, les comptes mails des journalistes étudiants du Crimson (la revue de Harvard), dans le but de découvrir en avant-première l’article qu’ils rédigeaient à propos de son site.
  • Mark Zuckerberg aurait changé toutes les informations du profil de Cameron Winklevoss sur ConnectU, comme par exemple : « Intérêts : Essayer de trouver mon pénis. Gaspiller l’argent de mon père. Ressembler à un crétin ».

Malgré tout, je vous conseille vivement – si ce n’est pas déjà fait – de voir « The Social Network », pour vous faire votre propre idée sur les agissements de Mark Zuckerberg et pour ne pas ignorer comment est né le plus grand réseau social où sont connectées et interagissent chaque jour des millions de personnes.

Et si vous n’aimez pas Facebook, il y a toujours Copains d’avant… 😉

 

Vu sur Vanksen / Allociné / MikePointZéro

Facebook prédit la date de rupture de votre couple

Après une étude sur la mise à jour des statuts d’environ 10 000 personnes, l’équipe de Facebook a réalisé un graphique des jours où les couples se séparent.

De grandes tendances se dégagent : attention aux lundis, au printemps et à la veille de vacances de Noël. A noter également, le pic lors du 1er avril : la traditionnelle blague « Je te quitte. Poisson d’avril ! » doit y être pour beaucoup !

 

*

 

Vu sur Minute Buzz

Etude sur les réseaux sociaux

Une nouvelle étude de l’Observatoire des réseaux sociaux de l’IFOP vient d’être publiée à partir d’un échantillon représentatif  de la population internaute française.

 

Pour l’année 2010, le classement des réseaux sociaux selon leur notoriété laisse Facebook sur la première marche du podium (94 % des internautes interrogés en ont déjà entendu parler) suivi de YouTube et Copains d’avant, respectivement à la 2e et 3e place. Meetic (86 %) et Windows Live (85 %) talonne le trio de tête.

Le réseau Twitter enregistre une belle progression de score de notoriété. Connu de 2 % en 2007 puis de 63 % des internautes français à l’automne 2009, le site de micro-blogging culmine maintenant à 80 %, devançant Dailymotion et My Space.

Concernant le classement par l’appartenance aux réseaux sociaux en ligne, Windows Live est en tête avec 52 % des internautes interrogés qui utilisent celui-ci. En 2e et 3e place, on trouve Copains d’avant et Facebook.

A noter que ces 3 plates-formes confirment pleinement leur statut de réseaux sociaux généralistes. Ils occupent tous trois les premières places du classement auprès de l’ensemble des sous-catégories de population interrogées, qu’il s’agisse par exemple des femmes, des étudiants, des retraités, des cadres ou des ouvriers.

Près d’un internaute sur trois déclare également être membre de quatre réseaux sociaux ou plus.

L’enquête se penche également sur le réseau Twitter car si la notoriété du service progresse très rapidement, elle n’entraine pourtant pas de nouveaux membres en nombre important. Toutefois, l’appartenance à un ou plusieurs réseaux sociaux favorise l’adoption de Twitter. A titre d’exemple, 15 % des utilisateurs de Facebook déclarent posséder un compte Twitter, soit deux fois plus que la moyenne observée à l’échelle de l’ensemble des internautes. Les utilisateurs de YouTube sont eux 26 % a avoir rejoint Twitter.

Une analyse – surprenante – est également donnée sur le profil type de l’utilisateur de Twitter : étudiant parisien entre 18 et 24 ans votant … Front National.

*

L’ensemble de cette étude réalisée par l’IFOP est disponible ici en version PDF.

Vu sur Le Post

Sinon, sur Twitter, vous pouvez aussi suivre Gossip Girl. Elle n’est pas étudiante. Elle n’est pas parisienne. Elle ne vote pas FN. Mais, elle a entre 18 et 24 ans…

Mais, ça vous permets surtout de ne rien rater des derniers potins 😉

%d blogueurs aiment cette page :